Art Rock 2016 – J3

La dernière ligne droite

C’est sous un franc soleil que la troisième journée d’Art Rock 2016 commence. C’est toujours un peu triste de se dire que dans quelques heures, cet événement majeur de la vie culturelle de Saint-Brieuc va fermer ses portes. Mais avant cela, allons nous délecter des derniers moments.

 

Artonik

Artonik

La troupe Artonik est chargée d’animer le centre-ville avec une parade colorée sur le thème de la fête de Holi en Inde intitulée : The Color Of Time. C’est une procession qui raconte le renouveau et l’arrivée du printemps. Au programme : danse, jetée de pigments de couleur et musique électro-dub. C’est l’une des manifestations très attendues par le public et le spectacle a été à la hauteur des espérances de la foule. J’ai croisé des gens radieux aux visages bigarrés de teintes vives. Voilà qui lance bien la journée.


Rendez-vous est donné à la nouvelle génération de rockeurs français sur la grande scène.

Jeanne Added

Jeanne Added

Rover

Rover

Vont se succéder : Rover, Jeanne Added et Feu! Chatterton. Allons droit au but, après ces trois concerts, on ne peut plus dire que ce sont des valeurs montantes du rock français, mais bel et bien des figurent incontournables de la scène rock à présent. Tous les trois ont délivré une prestation de haute volée. Rover, avec sa voix cristalline et son look de rockeur, a su montrer une facette très électrique, nous gratifiant de beaux riffs de guitare. Jeanne Added, quant à elle, a fait un set tout en émotion. Elle a occupé l’espace qui lui était offert pour briller de mille feux. Elle nous a transpercés de ses lignes de basses couplées à un son électro. La set liste a été complète et des morceaux comme Lydia ont su être sublimé par son énergie.

Quant aux derniers, les Feu ! Chatterton, les dandys rockeurs parisiens, ont livré une prestation de haute volée avec leurs chansons à texte singulier et très léché digne de Baudelaire et consort. On a l’impression de retourner dans le passé avec cette ambiance d’un autre temps, mais en même temps, un riff bien placé nous ramène bien au présent. Ils ne laissent pas indifférents, soit on aime soit on aime pas, mais il n’y a pas de « je ne sais pas ». Investissant la scène avec une assurance folle, ils ont déroulé leur style avec contrôle et émotions. Le petit pas de danse du chanteur et son phrasé particulier faisant tomber les derniers retissant.

Feu! Chatterton

Feu! Chatterton

Entre les changements de décore, sur la scène B, j’ai pu assister à la nouveauté de l’électropop française avec The Pirouettes. Le duo est formé de Léo et Vickie pour qui ce dernier a déclaré sa flamme en chanson. Résultat des courses, une cold wave fraiche et acidulée respirant le bonheur et la sincérité. Dans un autre genre, Pone (ancien des Birdy Nam Nam) nous a asséné une électro dynamique à base de scratch et de coups de boutoir affligés par son batteur. Bilan : un tympan de perdu et un set bourré d’énergie.

 

Two Door Cinema Club

Two Door Cinema Club

Retour sur la grande scène avec les très attendus Two Door Cinema Club. Les Irlandais sont la tête d’affiche de cette journée et même du festival. Ils n’ont pas réalisé d’opus depuis 2012 et leur fameux « Beacon ». C’est un tout nouveau set qu’ils vont jouer en avant-première mondiale à Art Rock. Leur album n’étant pas encore sorti, c’est un privilège qu’ils font aux Briochins. Espérons qu’ils soient à la hauteur de l’attente. Côté lumière, on a le droit à du très lourd avec un décore faisant la part belle à de grandes dalles de LED éclairant le fond de scène de multiples figures géométriques. Côté son, ils n’ont pas perdu de leur superbe. C’est percutant, incisif. Leur pop est toujours aussi sautillante. Bonne prestation qui préfigure un méga show lorsque tout sera rodé et calé au millimètre.

Hypen Hyphen

Hypen Hyphen

Dur de passer derrière, mais je ne me fait pas trop de soucis pour Hyphen Hyphen qui peut compter sur sa horde de fans bariolés à leur effigie. Comme à leur habitude, c’est nu-pieds qu’ils foulent la scène. Il ne faut pas longtemps pour que Santa enflamme le dance floor, sautant de gauche et de droite. On se demande comment elle fait pour bouger comme cela pendant une heure. Difficile de résister à l’énergie brute. Le public adhère rapidement. L’apogée de l’hystérie collective se fait bien entendu à l’écoute des premières notes de « Just Need You Love ».

Je pars avant la fin, car j’ai envie de découvrir Minuit. C’est le nouveau phénomène de la scène française. Si leurs noms ne vous sont pas inconnus : Simone Ringer et Raoul Chichin, ce n’est pas un hasard, ce sont les enfants des Rita Mitsouko. Passé la surprise de voir le lien évident de parenté qu’ils ont autant au niveau de la gestuelle que physiquement, on peut entrer de plain-pied dans leur univers rock et chaleureux. Un zeste de swing, un relent de funk et une grosse dose de rock, voilà le mélange gagnant qui vous attend si vous allez écouter Minuit. Le public dance sur « Flash » avec son ambiance survoltée ainsi que sur la reprise en hommage à Prince : « Purple Rain ». Sur « Caféine » et « recule », c’est plus doux et sombre, voilà le contraste qui caractérise « Minuit ».

Minuit

Minuit

C’était le dernier concert pour cette cuvée 2016 et c’est le temps du bilan. Avec 78 000 spectateurs, cette édition d’Art Rock est un vrai succès populaire. Une programmation éclectique qui a fait déplacer les foules. Difficile de ne pas trouver chaussure à son pied tant l’offre est diversifiée. Pour ma part, je vais retenir la très belle sensation Jambinai qui a su me surprendre et m’emporter. Balthazar malgré un show pas forcement adapter à de grosses scènes, Bombay et sa fougue, les couleurs de The Color Of Time, la déferlante de décibel de JC Satan, la prestance scénique de Joey Starr et la classe de Feu ! Chatterton. Vivement l’année prochaine pour découvrir d’autres belles surprises.

Toutes les photos du troisième jour d’Art Rock ici.

Photos et texte : Guénolé TREHOREL

Remerciements : Art RockImarhanOxmo PucciniArtonikRoverJeanne AddedThe PirouettesFeu! ChattertonPONETwo Door Cinema ClubHyphen HyphenMinuit

Copyright Guénolé TREHOREL pour Live!!

Leave a reply

Your email address will not be published.