Bobital Festival L’Armor à Sons 1/2 : Vous avez eu peur de la pluie, Live-webzine s’est mouillé pour vous.

Comme chaque année, le premier weekend de juillet sonne le début des festivités à Bobital et les résultats du baccalauréat. Deux bonnes raisons pour avoir un public nombreux et une ambiance festive. Cette année, deux invités-surprises sont venus jouer les troubles faits : la météo capricieuse avec sa forte dose de pluie ainsi que le quart de finale de l’équipe de France dont le coup d’envoi a coïncidé avec l’ouverture des portes du festival. Mais ce n’est pas pour autant que le public a boudé l’évènement.

Au programme de cette première journée, une programmation éclectique avec pas moins de 7 groupes au lieu de 8 à cause de l’annulation de Naughty Boy, quatre heures avant le début du concert.

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - Cheddar CostardPour ouvrir les réjouissances, ce sont les Cheddar Costard qui ont la mission de lancer le festival sur de bonnes bases. Le soleil brille et la chaleur est présente aussi bien sur scène que dans la plaine. Ces huit musiciens nous délivrent une musique énergique à mi-chemin entre la soul et le funk bien soutenu par une section cuivre de toute beauté. C’est la recette de ces dandys en costard pour faire bouger et mettre la bonne humeur partout où ils passent. Le public tape du pied tout d’abord puis ne résiste pas longtemps au charme dévastateur des Cheddar Costard et de leur énergie pour sauter sur les rythmes envoutants. Un show bien huilé pour ces jeunes dandys rockeurs qui ont un avenir radieux devant eux.

 

Ensuite, c’est au tour de Cris Cab de prendre possession de la scène principale lunette de soleil et veste en jeans. Ce jeune américain d’origine cubaine au physique de jeune premier et protégé de Mr Pharrell Williams himself, excusez du peu, nous joue une pop joyeuse teintée de reggae. Festival de Bobital L'Armor à Son - Cris CabLes jeunes filles tombent tout de suite sous son charme. Mais bon, le jeune homme n’est pas là pour faire du gringue aux petites Françaises, mais bien pour ne présenter son premier album « Where I Belong » avec notamment son tube « Liar Liar » qui connait un succès non négligeable avec une ligne de basse qui reste ancrée dans la tête. C’est un son propre à l’image des grosses productions américaines que nous sert Cris Cab enchainant des titres de son album et des reprises notamment de Bob Marley. Un bon moment pour finir l’après-midi.

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - Lyre Le TempsLes groupes s’enchainent sans laisser le temps aux festivaliers de respirer et c’est maintenant à Lyre Le Temps d’entamer leur set sous la pluie qui vient de faire son apparition. Là, attention, ça risque de déménager. C’est un trio à part. Il se compose du chanteur pianiste Ry’m – qui a fait ses classes à Boston, avec des profs comme Prince Charles Alexander et Quincy Jones – du machiniste Rhum One et du DJ Q. Et d’entrer de jeu, grosse claque. Le chanteur ne tient pas en place, c’est une vraie pile électrique, il délivre un flot rapide et d’une grande précision. C’est un savant mélange de Hip Hop et de Jazz. Ry’m se déhanche et saute aux quatre coins de la scène se pausant de temps en temps pour jouer du piano façon guitare électrique. Pour moi, c’est une belle découverte et je pense que je ne suis pas le seul à être tombé sous le charme de ce trio énergique.

 

C’est au tour des très attendus Marseillais de Chinese Man de faire leur apparition sur scène. Festival de Bobital L'Armor à Son - Chinese ManChangement de décor, on se retrouve avec un grand pupitre massif couvert d’un écran LED derrière lequel jouent les trois DJ de Chinese Man. Ils sont accompagnés de deux cuivres, de percussions et de deux rappeurs. Je pensais voir un énième show de DJ, mais non, cela va bien au-delà. On est en présence d’une vraie créativité sonore qui mélange énormément de style : dub, jazz, reggae. Les influences sont difficiles à décrire, car elles semblent multiples. On a le droit à un super show avec tantôt des animations de squelette se dandinant, tantôt des vues du public qui réagissent au quart de tour. Ca groove, c’est envoutant, le show visuel change au rythme des morceaux. Beau voyage proposé par le chinois. A la fin du set, c’est une grosse ovation avec une photo de famille dos au festivalier pour immortaliser le moment.

 

Un peu d’electro? Ca tombe bien, c’est au tour du trio JabberWocky de prendre en main la suite du festival. Contrairement au poème de Lewis Caroll, je n’ai pas ressenti la même fantaisie et le même dépaysement qu’Alice en se retrouvant au pays des merveilles. C’est une electro-pop douce qui nous est servie avec notamment leur titre « Photomaton ». Les aficionados du genre se dandinent, mais pour ma part, je n’est pas réussi à entrer dans leur univers.Festival de Bobital L'Armor à Son - JabberWocky

Place sur la grande scène à Ben l’oncle Soul & The Monophonics. Festival de Bobital L'Armor à Son - Ben L'Oncle Soul & The MonophonicsAttention décollage imminent pour un voyage vers l’univers Motown. Entrer sur scène des Monophonics suivis de deux choristes qui ont en charge de chauffer le public avant l’arrivée de Ben l’oncle soul. A son entrée, c’est une véritable ovation. Les poils se dressent et c’est parti pour 1H30 de voyage dans le temps. Il prend directement toute la scène et ça groove. Le show est un savant mélange de soul, de gospel et aussi de reprises réarrangées à sa façon, notamment une chanson de Bob Marley. Assez surprenant. Un grand moment de scène et les spectateurs se laissent transporter dans l’espace-temps de Ben l’oncle Soul.

 

La Femme est chargée de clôturer cette première soirée en nous présentant son album « Psycho Tropical Berlin ». C’est un collectif créé par Marlon et Sacha aux multiples influences : psychédélique, cold wave en passant par de la musique surf rock et l’electro. La femme semble venir d’une autre planète avec ses sonorités qui leur sont propres. Musique atypique avec un rythme martelé par une batterie métronome. Festival de Bobital L'Armor à Son - La FemmeClémence au clavier se déhanche tandis que Sacha avec sa coupe de cheveux façon Cruella, une moitié blanche et l’autre noir, se contorsionne au rythme psyché des synthés. Sur le morceau « Sur La Planche 2013 », ils nous emmènent vers une ambiance Beach boys alimentés aux champignons hallucinogènes. La foule détrempée saute au rythme frénétique de la musique. Un voyage assez étrange que les festivaliers ont apparemment apprécié.

 

Voilà, la première soirée se termine. La programmation de cette première soirée a été riche et les festivaliers rejoignent le camping pour continuer la soirée et reprendre des forces pour la seconde journée qui promet d’être grandiose.

 

Retrouvez d’autres photos ici.

Photos et texte :Guénolé TREHOREL

Remerciement : Bobital – Festival L’Armor à SonsCheddar CostardCris CabLyre Le TempsChinese ManJabberWockyBen L’Oncle SoulLa Femme

Copyright Guénolé TREHOREL pour Live!!

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.