Bobital Festival L’Armor à Sons 2/2 : Vous avez eu peur de la pluie, Livewebzine s’est mouillé pour vous.

Dans une réunion de famille, il y a toujours une tante un peu rabat-joie qu’on essaie d’éviter, et bien dans un festival c’est pareil, mais là c’est la pluie. Et de l’eau, pour cette seconde journée, on a été servi. Votre serviteur est revenu trempé jusqu’aux os pour vous rapporter des images et de belles découvertes musicales. Cette dernière journée s’annonce quand même assez énorme. Au programme, comme la veille, huit groupes dont l’icône de toute une génération : Debbie Harry avec son groupe Blondie. Mais aussi les très remuants Ska-P et la belle Hollysiz.

 

Les bonnes surprises inattendues 

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - Fawl Un coup de projecteur pour commencer sur un groupe que je connais depuis 4 ans: FAWL. En effet, la première fois que je les ai vus, ils ouvraient le Festival OUF! alors qu’ils n’avaient qu’une quinzaine d’années pour Monsieur Louis Bertignac. Autant vous dire que ce jeune groupe n’en menait pas large. Depuis, ils ont fait un grand chemin. Un son Stoner avec une guitare saturée et une section rythmique qui tient la baraque. C’est une grosse claque que nous met ce jeune groupe. Antoine, le chanteur est comme possédé sur scène, il ne tient pas en place, il a acquis une assurance scénique assez formidable. Jouant à domicile, un certain nombre de leurs potes sont venus les soutenir, mais rapidement c’est un grand nombre de festivaliers qui vient remplir les rangs, attiré par ce gros son.

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - ElephanzDans un autre genre et plus attendu, c’est Elephanz, groupe nantais montant, emmené par les deux frères : Jonathan et Maxime Verleysen. Ils nous jouent une pop finement ciselée avec des textes en anglais la plupart du temps. La recette est simple, un clavier, une guitare, une batterie. Les rythmes sont entrainants comme « Dust or Delight » ou sur « Stereo » que l’on retrouve sur leur album « Time for a Change ». Là aussi malgré la pluie, les festivaliers sont présents.

 

Le plus décalé

 

Dans cette programmation électro-rock, les poils à gratter sont les Parisiens de Danakil et leur reggae. Leur point fort pour moi, c’est le duo de chanteur en symbiose, les cuivres et les textes en français que tout le monde comprend. Ils remplissent la scène qui parait parfois un peu petite. Festival de Bobital L'Armor à Son - DanakilC’est un concert plein d’énergie et de sincérité avec de bonnes vibrations venues tout droit de Kingston et d’Afrique. Les mains montent et descendent dans le public malgré la grosse pluie. En conclusion, belle set liste bien choisie pour captiver et réchauffer la foule qui en a bien besoin.

 

 

 

La petite déception

 

Pas facile pour Auden de passer entre Danakil et Blondie.Festival de Bobital L'Armor à Son - Auden Entre reggae et rock avec de la chanson française poétique, mais qui manque de rythme. Il revient dans son pays natal avec un album tout chaud, les textes sont peaufinés, romantiques. Un son folk, mélancolique et romantique, mais cela ne suffit pas à retenir la majorité des festivaliers qui préfèrent se réchauffer au bar ou à la restauration. Par contre, ceux qui sont restés profitent pleinement de ses textes superbement écrits.

 

Ceux qui ont assuré

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - BlondieTout d’abord, commençons par ceux qui étaient les plus attendus de ce festival : Blondie. La blonde sulfureuse Debbie Harris et ses acolytes Chris Stein et Clem Burke ont pris quelques rides, mais comme dit l’adage, c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures. Et bien, le public venu en nombre en a eu pour ses Bobijetons (monnaie locale servant à se restaurer et s’abreuver à la taverne locale). Tout comme la pluie, c’est un déluge de tubes bien rock qui ont inondé la plaine du Louvre. Dans la set liste des New Yorkais : « Heart Of Glass », « Call Me » sur laquelle le public a repris le refrain en choeur à vous hérisser les poils sur les bras, « Atomic »… Malgré le nombre des années, Debbie n’a pas perdu de sa superbe et de son énergie, arrogant le public comme s’il y en avait besoin pour qu’il participe à la fête.

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - BakermatLe second à tenir son rang est Bakermat alias Lodewijk Fluttert avec sa «deep house” marquée par des influences jazz et soul. Une belle alchimie qui a fait danser le dancefloor jusqu’au bout de la nuit avec une grosse ambiance lumineuse et une variété de couleur et d’effet. Je ne peux pas dire que je suis friand de ce genre de musique, mais il faut souligner le show est bien huilé. Sur le morceau Vandaag, intro avec des cuivres est magnifique. Après c’est un gros son bien grave qui secoue Bobital, les tubes s’enchaînent jusqu’au bout du festival transformant la plaine du Louvre en gigantesque boite de nuit.

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - HollyzisCelle qui m’a le plus impressionné, c’est Hollysiz. Pourquoi? Un gros préjugé sans doute au départ. Ayant écouté l’album quelques semaines plus tôt, il ne m’avait pas renversé, il sonnait Rock, mais sans plus. Dès son entrée en scène, très soignée, Hollysiz fait preuve d’une belle énergie et d’une volonté de se rapprocher de son public, de fusionner avec lui. Elle assure le show pendant que ses musiciens l’accompagnent à merveille. Un guitariste virtuose, une basse pêchue, un batteur qui tape fort. Dans sa marinière rouge et blanche, son short rouge et ses baskets, on a du mal à la suivre en scène. On sent bien que la scène est vite trop petite pour elle et qu’elle n’a qu’une idée en tête, c’est de passer de l’autre côté de la fosse pour chanter au milieu de son public si elle le pouvait. L’album est réarrangé pour la scène et sonne beaucoup plus Rock que le CD. On sent bien qu’elle n’est pas venue en terre bretonne juste pour déguster des crêpes et des galettes, elle est là pour livrer une grosse prestation. On peut dire qu’elle a bien réussi son pari. C’est n’est pas qu’une actrice et une fille d’actrice. Elle a gagné ses lettres de noblesse sur scène tellement elle se nourrit d’elle pour donner de l’énergie.

 

Le plus beau concert

 

Festival de Bobital L'Armor à Son - Ska-PLa palme du plus beau, du plus énergique et du plus aérien revient à la prestation des Espagnols de Ska-P. Dès le début, ils vous cueillent à froid. Ils déboulent sur scène en courant et sautant et cela ne va pas s’arrêter pendant une bonne heure. C’est impressionnant, l’énergie que l’on reçoit en pleine face. Une bombe éclate sous vos yeux et les dommages collatéraux sont nombreux. La sécurité a fort à faire dès le début pour évacuer les festivaliers déchaînés. Le guitariste passe plus de temps dans les airs que sur terre faisant parfois des bons de plusieurs mètres tel un Carl Lewis des grands jours. De chanson en chanson, le décor change aux grés des fantaisies du chanteur qui passe d’un costume de cardinal à tête de diable à un matador sévèrement burné. Du grand spectacle à l’espagnole. Les spectateurs qui sont restés nombreux pour Ska-P sautent en oubliant qu’ils sont embourbés jusqu’aux chevilles défiant les lois de la gravité. Autant vous dire que le terrain, qui avait déjà souffert avec Blondie, rend les armes et ressemble plus à un champ de bataille. A la fin du concert, les Ibériques ont du mal à quitter la scène revenant deux fois pour chanter une petite dernière et lancer divers objets volant non identifiés dans la foule pour le souvenir. Chapeau bas messieurs. Pour un retour, c’est un retour gagnant.Festival de Bobital L'Armor à Son - Ska-P

 

Voilà une soirée qui a su être à la hauteur de son affiche. Une soirée beaucoup plus rock que la première et qui a ravi ceux qui ont bravé les conditions climatiques dantesques. Voir autant de monde sous une pluie battante de l’ouverture des portes à la fin est assez étonnant. Preuve que le public breton et de Bobital n’a que faire de la pluie lorsqu’il s’agit de faire la fête en musique. Gros coup de chapeau aussi à l’organisation qui à su composer avec la météo et accueillir le public dans les meilleures conditions possibles. Ce festival grandit doucement et passe un cap par rapport à l’an passé. J’ai hâte de voir ce qu’il nous réserve l’an prochain.

 

Retrouvez d’autres photos ici.

Photos et texte Guénolé TREHOREL

Remerciement : Bobital – Festival L’Armor à SonsFAWLDanakilAudenBlondieElephanzSka-PBakermatHollysizAguri Productions

Copyright Guénolé TREHOREL pour Live!!

 

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.