Festival de Bobital – Act 2 (Guénolé TREHOREL)

Et ça y est, c’est reparti pour la seconde journée du Festival de Bobital. Aujourd’hui, vont se succéder sur scène : Maracu’jah, Brice Conrad, The Octopus, Lilly Wood & The Prick, Boulevard des airs, Cali, Sexy Sushi et les Bloody Beetroots Live.

 

Maracu'jahOn commence donc avec Maracu’jah, groupe local venant de Saint-Malo. Leur style? Le Reg-N-Roll. Un savant mélange de musique latino, raggae, rock. Comme, vous pouvez vous en douter, ça bouge et c’est un air de fête qui règne sur la scène et dans le public.

Brice ConradTout s’enchaine très vite, avec la montée sur scène de Brice Conrad, nouvelle révélation de la pop française. On change de registre et le côté festif laisse la place à une pop un peu fade. L’ambiance retombe quelque peu malgré une prestation clean, mais sans grande émotion. Le public reprend en coeur le refrain de « Oh La », chanson qui l’a fait découvrir. Pour ma part, je suis un peu déçu de la prestation.

 

The OctopusPlace à The Octopus, groupe de Douarnenez, qui vient de sortir un album le 27 mai intitulé « Hard Times ». Attention, c’est du rock explosif. Les quatre garçons prennent rapidement leurs marques et envoient un rock puissant qui réjouit les festivaliers. Sur « Leave Me Alone » difficile de ne pas se mettre à danser et à sauter. A Bobital, c’est un concert tout en énergie et générosité que nous donne The Octopus. Un vrai régal pour les oreilles.

 

Lilly Wood & The PrickPremière grosse tête d’affiche à monter sur scène : Lilly Wood & The Prick. Ils font un tabac avec leur second album « The Fight » et ils sont prêts à en découdre sur la grande scène. Vont-ils être à la hauteur? Il ne faut pas beaucoup de temps pour le découvrir. Dès l’entrée sur scène, c’est une acclamation, et ils posent leur set avec une belle assurance, la voix de Nili envoute tout le monde. Ils démontrent une bien belle énergie et leur morceau pop rock remporte un franc succès. Belle prestation, c’est un groupe à découvrir en live.

 

Dans un genre qui rappelle celui de Tryo, c’est Boulevard des Airs qui enflamme immédiatement le site de Bobital, une énergie débordante, ils ne tiennent pas en place et se déplacent sur scène en bondissant. On se demande si ils vont tenir jusqu’au bout comme cela. C’est une bande de copains qui mêlent différentes influences (rock, jazz, reggae, rythmes latinos) le tout sur des textes en français, anglais et espagnols.Boulevard des airs

 

CaliA la tombée de la nuit, c’est Cali qui a la charge de continuer le spectacle. C’est la seconde fois qu’il se produit à Bobital. Un concert qui est resté dans les annales, parole de festivalier. Ce qu’on attend de Cali, c’est sa générosité sur scène et là on n’est pas déçu, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, on ne reste pas indifférent à la sincérité de l’artiste. Il donne tout sur scène, joue avec les caméras, les photographes et surtout le public. Avant de quitter la scène, il fait monter une petite fille pour chanter avec elle, main dans la main. Un beau moment d’émotion. Cali donne tout ce qu’il a sur scène, c’est son terrain de prédilection, sa cour de récréation et c’est tant mieux.

 

Sexy SushiAttention, mettez-vous à l’abri, c’est au tour des turbulents Sexy Sushi de prendre le pouvoir de Bobital. On ne sait pas où l’on va. C’est un concert hors du commun, déroutant et survolté qui s’annonce. Au bout de deux minutes, la chanteuse Rebeka Warrior est déjà dans le public ensuite, elle invite sur scène une poignée de festivaliers à l’accompagner sur scène pour un délire collectif. C’est de l’électro-clash ou techno-punk à base de texte provoc’ qui secoue Bobital.

 

The Bloody Beetroots LivePlace maintenant au trio italien que tout le monde attend, les Bloody Beetroots. Ils sont attendus de pied ferme. Le leader charismatique, Bob Rifo, est installé au piano trônant au milieu de la scène juste devant leur immense logo blanc « The Bloody Beetroots Live » qui s’illumine au rythme de la musique. Le trio masqué retourne le dancefloor. Un show surpuissant et captivant. Pour un final, c’est un feu d’artifice qui est tiré par le trio transalpin.

 

Merci à l’organisation du Festival de Bobital pour ce fabuleux weekend.

 

 

Photos : Guénolé TREHOREL

Remerciements : Festival de Bobital – L’armor à SonsMaracu’jahBrice ConradThe OctopusLilly Wood & The PrickBoulevard des airsCaliSexy SushiThe Bloody Beetroots Live

Copyright Guénolé Tréhorel pour Live!!

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.