Festival Nouvelles Voix en Beaujolais 2014

mont et merveille_01Nous voilà passés de l’autre côté de l’année, plein de festivals en mémoire, et s’il en est bien un qui a marqué les esprits plus que d’autres ce fut bien le festival des « Nouvelles Voix en Beaujolais ».

S’étalant sur 5 soirées, l’édition 2014 n’a pas manqué à la règle, multipliant davantage les lieux, tout en conservant son identité et sa cohérence. C’est ainsi qu’avec la complicité des artistes on aura pu écouter des showcases au Cultura ou des sessions scolaires à l’auditorium de Villefranche, une belle manière de tisser du lien culturel et de sensibiliser le public à l’importance de l’éveil musical dans la construction du lien social.

 


 Black lilys /Joe Bel

C’est comme à sa bonne habitude au théâtre de Gleizé que commence officiellement le festival en mode nocturne avec Black Lilys et Joe Bel, soirée de feu aux voix singulières. Deux interprètes aux chevelures incandescentes, espace feutré et salle comble. Première rencontre, pour ma part, avec Camille et son frère Robi, timbre et univers oniriques teintés d’émotion tangible, leur répertoire nous emporte bien au-delà des murs par son charme spontané qui enivre.
Retrouvailles, avec Joe Bel qui gagne ici en prestance et en épure par la maitrise de sa voix puissante qui traverse l’auditoire l’enveloppant d’une texture joviale. Elle est accompagnée de ses musiciens qui savent trouver l’espace et le juste équilibre pour sublimer les harmonies d’ une voix qui pourrait se suffire à elle-même.

Standing ovation et final à genoux finiront de combler le public invité à poursuivre avec l’artiste en dehors de la scène dans le caveau du théâtre autour d’un verre et d’échanges amicaux.


Les Frères Casquette

« Nouvelles Voix en Beaujolais » sait aussi offrir aux plus jeunes leurs sensations(contrôlées) de décibels avec Les frères casquette, à travers plusieurs représentations à la salle des fêtes de Limas où l’on pouvait se rendre en famille ou en groupe-classe scolaire. Il fallait voir les yeux d’enfants pétillants et une belle euphorie communicative devant le show coloré et interactif des artistes. Un bien bel exemple pour apprécier dès le plus jeune âge une matérialité musicale existante, casquette basse au programmateur.


Jacinthe

Autre cadre autre lieu, rendez-vous au centre culturel de Gléteins (Jassans), écrin parfait pour accueillir Jacinthe et sa générosité scénique. Un répertoire subtil et feutré magnifié par des éclairages chaleureux épiçant la tonalité musicale d’une soirée pleine de douceur. Le public enthousiaste et la proximité de la scène font merveille dans ce lieu propice à de futures représentations.


Les Yuccas

Première soirée au théâtre de Villefranche et au cœur du festival, soirée teintée d’émotion et d’onirisme de par la cohérence de sa programmation.
En prologue, les Yuccas sur la scène d’un café, dans le hall du théâtre, qui sert de préambule à chaque soirée et qui favorise la scène locale. Rock vintage et convivialité, des échos sixties communicatifs, rien de tel pour mettre le public à température avant d’aborder la grande scène du théâtre pour une soirée vouée aux rêves.


 Lior Shoov

Véritable coup de cœur fut cette première partie, en compagnie de Lior SHOOV artiste à la sensibilité exacerbée. Seule sur scène la jeune femme marque l’esprit et démontre que les artistes sont bien là pour exalter nos sens, session d’intime émotion, les larmes coulent ce soir ,de joie, sur la scène comme chez le public, silences apprivoisés et respirations tangibles ont ouvert nos coeurs à la poésie.


 Klô Pelgag

Changement de plateaux avec KLÔ PELGAG avec une occupation impressionnante et foutraque par l’ensemble des musisiens, On sort de l’intimité pour entrer dans le labo musical personnel de l’artiste, patchwork coloré, alternant tours de force et instants de grâce, multipliant les instruments et les grands écarts des genres tout en démontrant la foisonnante créativité des Canadiens pour sortir des cases.


Feloche

Cheminant comme une évidence, c’est Feloche qui boucle le voyage thématique imaginaire, véritable cartooner performer, échappé d’un Tex Avery à consonance musicale, texte enjôleur et voyage au pays du magicien d’Oz font le bonheur des zygomatiques, ce clown à la mandoline nous rappelle qu’il fait bon lâcher prise devant la spontanéité et le merveilleux qui nous fut offert pour cette soirée magique.


 We Just Had Sex

Place aux jeunes pour ce deuxième soir en compagnie du groupe We just had sex qui ne revendiquera pas le contraire ! Ce groupe lyonnais en interpellera plus d’un par son enthousiasme sa rythmique et les poses lascives de ses deux interprètes aux voix singulières.


 Pethrol

C’est en duo qu’il appartient d’ouvrir la grande scène familière pour Héloise et Cédric qui y furent en résidence à la rentrée. Tonalité mystique relevée de percussions aux consonances tribales servent de liant à Héloise pour y placer sa voix singulière: clair-obscur et fulgurance rythmique martèlent vos instincts primaux et vous emportent dans une transe apaisante
Un second coup coeur pour ces artistes lyonnais dont le travail subtil nous tire à chaque représentation toujours plus haut sur le fil de l’émotion.


Talisco

Talisco succède à Pethrol dans un show plus classique ravissant le premier rang occupé par une jeunesse accrochée à la scène, pause iconique et riff rageur font plaisir au public joyeux qui scande en refrain plus d’un titre.


Elephanz

Elephanz n’a rien d’un bulldozer et nos Nantais enchainent les tubes instantanés tout en véhiculant un plaisir de jouer communicatif lié à l’art d’ occuper la scène tout en interchangeant les instruments. Chaque musicien rentre à son tour dans la lumière pour prendre le contrôle du show.
Une soirée pop qui contraste avec la tonalité de la veille et prédispose au meilleur pour la dernière soirée à venir.


Black lilys (bis)

Dernière soirée du festival remanié en dernière minute suite à l’annonce de l’annulation de François et Atlas Mountain ici remplacés par Black Lilys qui revient pour un plaisir non dissimulé sur la scène du café pour subjuguer ceux qui n’avaient pu l’entendre en début de semaine. C’est une session de proximité très intime nous invitant dans une bulle utérine qui cristallise l’émotion sensible entre le frère et la sœur, qui touche et émeut. Le hall se fait silencieux et les artistes réussissent le tour de force de toucher au coeur.


Feu! Chatterton

Classe et dandysme, une élégance et une belle énergie produits par des textes ciselés. Le public réceptif donne à cette session une coloration lyrique où la langue de Molière prouve quelle peut aussi être chargée d’une belle énergie musicale.


Kid Wise

Les rookies de la soirée promues à la grande scène en remplacement de Francois et Atlas Mountain nos jeunes Rennois ne semblent pas du tout impressionnés par la grande scène et c’est un répertoire à la hauteur de cette démesure qu’ils ont adapté pour leur session.

Titres réinventés pour l’occasion tirant vers une orchestration plus symphonique. Par une énergie de mille feux et une totale emprise le groupe marque les esprits durant cette soirée affirmant la relève et un bel avenir pour la scène hexagonale, un moment « bigger than life » pour l’auteur de ces lignes.


HollySiz

Bouquet final bien orchestré c’est à Mlle 1000 volts qu’il échoira  d’enflammer la salle et de mettre le feu aux poudres, choix réfléchi et jouant la carte de la : le régisseur lumière sait y faire pour flatter la plastique et les pauses lascives de la discogirl soutenue par un bassiste charismatique et accompagnée de musiciens à la rythmique sans faille, la salle réagit instinctivement aux appels primals de l’artiste concluant son show par un bain de foule fusionnel et une standing ovation à la dimension de l’énergie déployée.


 Epilogue

Dernier festival d’une année bien remplie, Le bonheur surgit parfois à quelques mètres de chez vous.
Le festival des « Nouvelles Voix en Beaujolais » en est à sa 11ème édition, mais ne sombre pas dans la suffisance et semble chaque année bénéficier d’un souffle nouveau par une programmation toujours à l’avant-garde des émergences, mais surtout grâce à sa profonde implication sociale et à la générosité de ses organisateurs, au plaisir partagé et à l’implication des artistes répondant à celle des organisateurs et allant à la rencontre d’un public toujours plus formé, plus exigeant et néanmoins conquis .

Grand merci à Alain Moreau, Olivier, Juliette, Dominique et aux artistes pour leur disponibilité favorisant les échanges. Merci à tous pour le bon temps savouré…

Textes: Fabrice Buffart

Photos :Fabrice Buffart et Vincent Assié Photographe

Copyright Fabrice Buffart et Vincent Assié pour Live!!

 

 

 

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.