Ibrahim Maalouf : Red and Black Light Tour à La Nouvelle Vague

C’est une année 2015 très productive pour Ibrahim Maalouf, en effet, il sort deux albums : Kalthoum et Red & Black Light. Le premier est orienté jazz traditionnel et le second, qui fait l’objet de ce concert, est plus abordable pour un public non jazzy avec des sons plus jazz-rock, électro. C’est à La nouvelle Vague de Saint-Malo que Ibrahim Maalouf se produit et qu’il va nous faire découvrir en live, ce dont il est capable.

Ibrahim MaaloufLa salle est pleine à craquer d’un public aussi diversifié que peut l’être la musique de Maalouf. C’est avec « Elephant Tooth » que le concert commence, pour enchaîner avec « Escape». Ibrahim passe du clavier à la trompette. On a bien la base jazz, mais s’entremêle aussi des influences pop, rock, électro plus moderne. Tout cela mélangé avec les sonorités orientales qui font la particularité son jeu. C’est le mélange même de la culture d’Ibrahim Maalouf qui navigue entre l’orient et l’occident. Pendant tout le concert, c’est une énergie folle qui nous emmène en voyage avec toute cette poésie que sait faire transparaître Maalouf lorsqu’il empoigne sa trompette. Il joue sans effort comme si sortir des notes de cet instrument était d’une facilité déconcertante. Sur scène, il s’est entouré d’un trio de musiciens talentueux : François Delporte à la guitare avec son jeu rapide et raffiné, Stéphane Galland à la batterie et son touché tout en délicatesse, Eric Legnini au clavier qui improvise avec virtuosité.Ibrahim Maalouf

Dans un concert d’Ibrahim Maalouf, il n’y a pas que les oreilles qui se régalent, on en prend aussi plein les yeux. Tout d’abord, il y a quatre tissus descendant du plafond derrière lesquelles chaque protagoniste se découpera en ombre chinoise. Ibrahim MaaloufIbrahim Maalouf se transformera en breakdanceur le temps de quelques minutes. Quelques morceaux plus tard, le quatuor nous transporte du côté de Copacabana, en se transformant en quatre percussionnistes plutôt habiles. Une belle performance qui nous montre bien que ce sont de sacrés virtuoses. Ensuite, ce sont des images d’une vidéo que Maalouf a tournée lui même sur Time Square. On y voit des personnes interrogées au hasard sur ce qu’il ya de plus important à leurs yeux : paix et amour, tout cela passe durant « Red and Black Light ». Un joli moment de sérénités et d’espoir dans ces temps difficiles. On ne sait plus si c’est la musique qui nous transporte ou si ce sont les images qui nous emplit d’émotions.

Ibrahim MaaloufC’est un Ibrahim Maalouf d’une grande générosité qui quitte la salle à présent. Avec cet album, il confirme la direction prise sur l’album « Illusion », un jazz plus moderne, plus accessible. Il fait descendre le jazz dans la rue et lui fait perdre son côté élitiste. Il nous aura régalé avec son jeu tout en délicatesse, rappelant le thème principal de l’album : les femmes qui ont jalonné sa vie et qui l’ont influencé en tant qu’homme et musicien.

 

Toutes les photos du concert par ici.

Photos et texte : Guénolé TREHOREL

Remerciements : Ibrahim MaaloufLa Nouvelle Vague

Copyright Guénolé TREHOREL pour Live!!

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.