La Tournées Des Inouïs Du Printemps de Bourges à L’antipode

Le festival des Les Inouïs du Printemps de Bourges est en tournée en ce mois d’octobre et passe par Rennes dans la salle de l’Antipode. Impossible pour Live !! de rater cette soirée. Au programme, Lysistrata (la nouvelle sensation rock du moment), Eddy De Pretto (la valeur montante du rap à texte), Clément Bazin et son électro caribéen et Last train et son rock rageur.

Découverte de futur talents

 

Lysistrata

 

Pour ouvrir le bal, Lysistrata, le trio vainqueur du tremplin Ricard SA Live Music arrive sur scène. Ils entament pied au plancher avec leur rock alternatif survolté teinté de post-rock, noise ou math-rock. Les amplis à fond, ils envoient un gros son. On passe des riffs alambiqués à des cassures de rythme pour mieux assurer les transitions de genre, voilà le style de Lysistrata. Rarement durant le set, il n’y a de pose. Le train file à vitesse grand V et c’est à bout de souffle qu’ils atteignent l’arrivée, 40 minutes plus tard. Attention à ne pas oublier les bouchons sous peine de perdre un tympan au passage. Très belle mise en bouche, voici un groupe à suivre et qui va faire parler de lui, j’en suis persuadé.

 

Eddy De Pretto

 

Après un changement de plateau, c’est la nouvelle sensation rap : Eddy De Pretto qui monte sur scène avec son iPhone et son batteur. Lumière éteinte, c’est à la seule lueur de son téléphone qu’il entame son set. Tee-shirt blanc, chemise à rayures, basket blanche, c’est avec un phrasé rythmé et une prose cynique que le jeune homme pose les bases de son concert. Difficile de ne pas voir en lui Stromae à ses débuts, même s’il ne faut pas les comparer. Mais c’est le premier nom qui me vient à l’esprit pour définir ce que j’entends. Textes léchés qui décrient la jeunesse dans le monde d’aujourd’hui, leurs problèmes, leurs joies, c’est aussi ça le succès d’Eddy De Pretto. Tout ceci permet à son public de s’identifier à sa prose distillée avec précision.

 

Clément Bazin

 

Troisième prestation, troisième ambiance avec Clément Bazin et son électro surprenante. Sonorités chaudes et entrainantes, le beatmaker concilie musique électronique et les tonalités venues des caraïbes avec le steeldrum qu’il maîtrise à la perfection. Il remixe avec brio « Silver », titre de Fakear qu’il transforme en lui donnant une teinte chaleureuse et inattendue. Toute la salle dance au rythme des percussions et des sonorités calypso, le tout accompagné par un jeu de lumière léché.

 

 

Last Train

 

Pour clôturer la soirée, Last Train, nous font passer le mur du son avec leur Rock rageur. Tels de vieux briscards, le combo gagnant guitare, basse, batterie nous délivre des morceaux d’une grande intensité qui font bouger les plus récalcitrant. La voie puissante et sombre de Jean Noël nous entraine dans leur joyeux bordel. De temps en temps, j’ai peur que ses cordes vocales ne cassent tellement il les torture. Au fil des concerts, ils s’affirment comme une des nouvelles locomotives du Rock français. Quelle jouissance de les écouter encore et encore! Ça fait tellement de bien de se faire bouger de la sorte. J’ai hâte de recroiser leur route pour me prendre une bonne grosse dose de bien-être.

 

 

Voilà une soirée bien sympa dans cette salle chaleureuse de l’Antipode. Quatre groupes avec leur style propre. Les Lysistrata m’ont littéralement retourné avec leur fougue et la maîtrise de leur jeu. Last Train qui confirme leur statut de renouveau de rock français grâce à leur charisme et leur énergie.

 

Retrouvez toutes les photos ici.

Remerciements : L’Antipode, Les Inouïs du Printemps de Bourges, Lysistrata, Eddy De Pretto, Clément Bazin, Last Train

Copyright Guénolé TRÉHOREL pour Live!!

 

 

 

Leave a reply

Your email address will not be published.