Valier : « L’ indien » et « Le Paradis Perdu »

Adobe Photoshop PDF

« L’ indien » , titre du nouvel EP de Vallier swingue plus que son prédécesseur, percutant davantage autant que ses mots enchantent, tout en s’accordant plus de rondeur sur « je m’ennuie tant »  qui conserve cette tonalité soyeuse caractérisant l’univers singulier de l’artiste.

« Évelyne 2 », effet miroir au titre du précèdent opus nous présente sous un nouveau jour un personnage que l’on croyait connaitre, multi-facettes et insaisissable. Décidément Valier n’emprunte jamais les chemins balisés, il préfère les chemins de traverse et cela pour votre plus grand plaisir, alors laissez-vous guider.

Valier

Le temps grise mine semble profiter à la chanson à texte, donnant du sens et par la même occasion le sourire à l’album de Valier « Le paradis perdu » son précédent album.

Ici, la voix pleine de volupté et chargée de poésie nous balade nonchalamment sur le fil en parfaite équilibre entre l’hommage rendu au Grand Serge « les femmes et l’alcool » agrémenté de son Slam filigrane et d’un univers plus singulier où les arrangements épurés se teintent d’influences subtiles.

Tantôt blues ironique « Evelyne » à la résonance « neil young » ou le rock langoureux d’ «Egérie » tantôt plus feutré « Je suis un homme perdu » que l’on imagine tourner sans fin sur une platine vinyle vintage accompagné d’un soupçon de bossanova pour pimenter le cocktail.

Séduisant et séducteur « Les hommes de mauvaise vie » clôture ce petit écrin et finit de vous emporter, utilisant cet art qu’ont les mots bien choisis pour mieux vous enivrer et par la même occasion vous charmer.

Le paradis perdu décidément bien gardé et Valier pourrait en posséder la clef à qui c’est bien tendre l’oreille.

 Texte: Fabrice Buffart

Copyright Fabrice Buffart pour Live!!

Please follow and like us:
0

Leave a reply

Your email address will not be published.