Anouk Aïata au Festival Paroles et Musiques

… la Femme Mangeuse des Nuages du Ciel a bien fait place nette au soleil dans nos têtes et risque de rayonner pour longtemps dans nos esprits.

Anouk Aïata Ce soir, c’est au Fil de Saint-Etienne que nous avons rendez-vous dans le cadre du festival “Paroles et Musiques”, salle que nous côtoyons pour la première fois, à mi-chemin entre le Transbordeur de par sa configuration avec ses deux scènes (grande et petite) accolées au bar et la chaleur de épicerie Moderne pour l’ambiance et l’accueil de son personnel.

Anouk AïataOn ne peut que féliciter les organisateurs à l’issue de la programmation, un sans-faute tant ces artistes singuliers semblent complémentaires. Dans l’ordre: Sophie Maurin, Émily Loizeau et Anouk Aïata, dont c’est l’une des premières dates dans nos régions, après avoir assuré les premières parties d’artistes comme Olivia Ruiz, Marc Lavoine et Dominique A sur les scènes parisiennes (l’Olympia, le Zénith) et de nombreuses sessions aux Trois Baudets. Son premier disque “La Femme Mangeuse des Nuages du Ciel” est sorti en avril dernier.

C’est en troisième partie de soirée, bien apaisés, la fatigue oubliée que l’on assiste à la performance d’Anouk Aïata et son comparse Amos Mâh accompagnés de Jean-Louis Solans à la guitare et Pascal Robert à la batterie dans la petite salle à l’ambiance très décontractée.

Anouk Aïata« Voyage » est le mot qui vient immédiatement à l’esprit devant la performance de l’artiste, voyage à travers les influences, l’espace-temps et les sens. De la musique des Balkans qui côtoie l’âme de Django Reinhardt on se retrouve à chevaucher vers l’ouest au détour d’un saloon avec « Lady Western ».

Pour céder la place à l’onirisme de Méliès et du cinéma muet avec « L’arbre à plumes » et ses textes gorgés de poésie ainsi que « Pourquoi regardes-tu la Lune » , jolie ballade pour noctambule.

Invitation à fouler le sol de l’Andalousie “Sand of Spain” nous distille son doux parfum d’épices avant de nous téléporter au meilleur des années yéyé avec « Le lendemain » qui clôt ce set sans temps mort.

Artiste à la voix puissante et saisissante, on quitte le show apaisé et avec une certitude, la Femme Mangeuse des Nuages du Ciel a bien fait place nette au soleil dans nos têtes et risque de rayonner pour longtemps dans nos esprits.

Anouk AïataTexte: Fabrice Buffart

Photos : Vincent Assié Photographe

Remerciements à : Anouk Aïata / Amos Mâh / l’équipe du Fil

Copyright Fabrice Buffart et Vincent Assié pour Live!!

Please follow and like us:

1 Comment

  1. Pingback : Anouk Aïata, festival Paroles & Musiques 2013 < Vincent ASSIE Photographe

Leave a reply

Your email address will not be published.