Festival de Cornouailles 2012 (Erwan Raphalen)

Au moment d’écrire ce billet, je me dis que de citer tous les concerts un par un va m’être insupportable tellement j’ai vu de spectacles durant ces 6 jours. Et oui, 6 jours à crapahuter dans les rues de Quimper à essayer de capturer les meilleurs moments, et de  voir LE concert.

Alors bien sûr, il y aura eu la reformation de Gabriel & Marie de Malicorne 40 ans après!!! La belle Sharon Corr revenue avec les titres des Corrs, Armel An Héjer et son extraordinaire voix si chaude et puissante, la folie des Raggalendo, la canadienne Loreena Mc Kennitt, Le terrible Fest Rock des Red Cardell et du Bagad Kemper. Je ne m’étenderai pas non plus sur le “cirque scènique” de Emir Kusturica &The Smoking Orchestra, sur les défilés du dimanche, sur le Triomphe “tellement puissant” des sonneurs, sur la reine 2012 (Mlle Diane SOUBIGOU, du cercle Bleunioù Sivi, Plougastel). Non, finalement je ne vais pas m’étendre la dessus…

Alors que va t il raconter me direz vous,?

Et bien tout simplement que j’ ai passé deux exceptionnels moments dans ce Cornouailles 2012. Le premier est arrivé dès le deuxième jour..un artiste que j’avoue humblement ne pas connaitre avant de franchir les bâches de l’espace Gradlon. Un mauvais esprit en tête ( je ne voulais pas y aller du fait du refus de ce monsieur à être pris en photo) . Je m installe sur une  chaise au milieu du public et soudain la magie à opérée ….Je parle du concert de Jethro Tull’s  avec  Ian Anderson le leader charismatique du groupe. Il mène celui-ci d’une main de maître depuis ses début vers la fin des années 60. Compositeur, flûtiste et chanteur, il enchaîne les albums à succès et c’est sur scène que le talent de ce groupe légendaire prend toute sa dimension, devenant un des meilleurs groupe live des années 70. 30 albums à leur actif, plus de 50 millions d’exemplaires vendus!!!!!. Une présence scènique incroyable, avec son look de pirate un peu vieilli mais tellement plein d’énergie! un joueur de flûte comme je n’en avais pas vu depuis très longtemps. Un public complètement chaviré qui va même se mettre debout et me permettre du coup de faire quelques photos discretement. Bref vous l aurez compris ce fût un très grand moment du festival…

Ensuite je vais vous parler de la soirée entière du samedi soir à l’espace Evêché. Une fin d’après midi ensoleillé où je m ‘attend à un pur moment de bonheur puisque je me dirige vers le concert de l’éternel Graeme Allwright. Un artiste majeur, à la voix inimitable, emplie d’une émotion grave et profonde! Graeme Allwright, gloge trotter infatigable, instigateur du folk”protest-song” en France dans les années 60. Le lieu est juste à Guichet fermé (seule et unique fois oùc’est arrivé cette année). L’artiste qui a inévitablement lui aussi un peu vieilli monte sur scène et va enchainer devant son public toutes ses nombreuses ballades éternelles qui parlent d’amour, de paix et de liberté. Pour clore ce tellement beau voyage d’ 1h30, l’Evêché tout entier va reprendre en coeur la fameuse “sacrée bouteille” que tout le monde semblait connaitre …nostalgie quand tu nous tiens…

21h15, et changement complet puisque l’on passe d’un artiste plus que établi à la nouvelle perle bretonne qui vient de sortir son premier CD “Rock’n Celtic Guitar”. Adieu bombardes et cornemuses, la musique celtique revit à travers le son pur et divin d’Excalibur, une guitare qui se révèle et prend vie sous les doigts experts de cet artiste qui n’est autre que Julien Jaffrès. Le guitariste accompagné de son groupe prend le devant de la scène et exalte un style neuf et dynamique, bousculant nos habitudes dans un esprit toujours plus rock. Le public un peu surpris au départ rentre vite dans le jeu de Julien, mais aussi de l’ensemble du groupe dans lequel nous retrouvons Cédric Waterschoot à la basse, Remy Polfliet à la batterie, un très très bon Julien Grignon ( dont je vous reparlerais sûrement très vite) à la guitare et vraiment un exceptionnel Antoine Solmiac, virtuose fabuleux au violon. Un véritable très beau moment de Rock que le public a retenu sur scène pendant un long moment à la fin du concert…

et pour finir cette belle soirée, arrive le concert des Merzhin dont je vous ai déjà parlé à de nombreuses reprises. une belle date de leur tournée “15” depuis la sortie de leur album évènement. Comme le savent ces milliers d’aficionados qui l’ont expérimenté cette dernière décennie, Merzhin, c’est avant tout une expérience scènique explosive. Les jeunes gens ne nous ont pas décu une fois de plus, un set  rock comme ils savent le faire, un public de tout âge qui n’est bien evidemment pas resté assis bien longtemps puisque comme d’habitude, la voix chaude et puissante de Pierre Le Bourdonnec ne les a pas laissé indifférent.

J’insiste sur le fait que ces concerts de l’Evêché s’organisent par soirée au tarif unique de 10 euros les 3 concerts. Le public n’est souvent pas du tout connaisseur de ce quil va se passer ce qui entraine de temps en temps  des soirées assez calmes quand les estivants festivaliers ne prennent pas le rythme. Cette fabuleuse soirée du samedi à entrainé le public jusqu à l heure tardive de la fin de concert des Merzhin, ce qui prouve la qualité de l’affiche!! Bravo les gars!!

Enfin et bien evidemment, il faut remercier les centaines de Bénévoles du festival ( une petite pensée particulière pour “ma petite mamie” de l’entrée presse de l’espace Gradlon) , toute l’équipe d’An tour tan qui m’a super bien accueilli une fois de plus, et bien sûr toute l’équipe du festival avec à leur tête Jean Philippe Mauras.

Vivement 2013!!!

Toutes les photos : Gabriel et Marie de Malicorne / Les Frères Guichen / Jethro Tull\’s – Ian Anderson / Raggalendo / Loreena McKennitt / Fest Rock / Graeme Allwright / Julien Jaffres / Merzhin / Emir Kusturica
Remerciements à : Cornouaille 2012 / An Tour Tan et bien sur tous les bénévoles
Copyright Erwan Raphalen pour Live-On-The-Edge
Please follow and like us:

Leave a reply

Your email address will not be published.