Festival : Fête du bruit à Landerneau

 

Cette année, je vais avoir la chance et l’ honneur de participer au festival Fête du bruit à Landerneau en tant que photographe accrédité. je suis déjà fort impatient d’y être et ne peux que vous pousser à découvrir ce festival et sa programmation.

Et c’est reparti pour une troisième édition qui va faire bouger l’esplanade de la petite Palud à Landerneau.Avec plus de 35000 spectateurs sur les deux dernières éditions, la petite Fête du bruit est désormais rentrée dans la cour des grands et compte parmi les grands rendez-vous de cet été!!

La Fête du bruit ré ouvre ses portes et accueille cette année :

Samedi 13 Aout :

STROMAE : Nouveau visage de la génération new beat, sort son premier album “Cheese”. Au début de l’année 2010 sort son premier single “Alors on danse”, qui explose les charts internationaux en quelques semaines et propulse le jeune maestro  au rang de phénomène musical. Le son de Stromae, propose une version plus dansante  de la technotronic et de la House underground belge des années 90. Découvert par les internautes, le Maestro du rythme et de la rimen’aurait jamais pu imaginerqu’il provoquerait un jour une frénésie presque contagieuse qui s’étendraitde la Belgique à l’Allemagne, puis à l’Europe toute entière. Sa musique parle de son travail, son ennui, ses combats, il y parle d’amour, de violences conjugalesde sa vie et de celle qui lui reste à vivre.

http://www.stromae.org/

AMY MACDONALD : Révélée en 2007, elle est rapidement devenue une vedette de premier plande la pop britannique.Joli minois pour la forme, véritable talent musical pour le fond, la jeune écossaise est vite passéedes concerts dans les pubs au contrat d’enregistrement international pour “This is the life”en 2008.La charmante brunette renouvelle son répertoire avec “A curious Thing” en 2010. Enregistré en compagnie du parrain et eternel model Paul Weller(ex-The Jam). Ce second opus emmené par le single”Don’t Tell MeThat It’s Over” décline une pop propre, charmante et efficace.

http://www.amymacdonald.co.uk/gb/home/

-LES ORGRES DE BARBACK : Les orgres de Barback sont quatre frères et soeurs dont l’aventure musicale commune demarre en 1994. Dès l’origine, ils s’attèlent à produire une musique inclassablequi brasse leurs multiples influences, que celles-ci puisent leur origine dans la chanson francaise à texte( Brassens,Brel, Férré…), la culture tzigane ou l’esprit alternatif des années 80( Mano Negra, VRP, Béruriers Noirs…).Rapidement, leur nécéssité viscérale d’indépendance et de totale liberté leur impose de larguer les amarres d’un cheminement traditionnel dans lequel ils ne se retrouvent pas.Ils structurent l’organisation de leurs tournées, se lancent dans la délicate aventure de la création d’un label, Irfan, et récupèrent la distribution de leurs disques. La galaxie de leurs amitiés avec toutes sortes d’artistes est impressionnante. La jolie histoire des Ogres, qui s’impose comme un parfait modèle alternatif de développement de carrière, est encore loin de son terme.Ces jeunes gens vont continuer à nous accompagner longtemps, et c’est une vraie chance.

http://www.lesogres.com/main.php

-ARNO : “Brussld” c’est le 18ème album d’Arno à son nom, le premier pour Naïve.Quand il s ‘attaque à la confection d’un disque, Arno ne se retourne pas, il deteste être confronté au passé, la nostalgie n’est pas son fond de commerce. En effet, le même trottoir ou le mêm bar recèlent leurs trésors d’inspiration différents, selon l’heure.Le gaillard ravigote le rock façon underground new yorkais année 80…ou le TC Matic, car n’oublions pas qu’avec son groupe, Arno était déjà un putain(putain) de défricheur.

http://www.arno.be/

-ASA : Une révélation nourrie de folk consciente, de soul, dans la droite lignée d’une Tracy Chapman.Comme l’oiseau dont elle tire son surnom, Asa signifie ” Faucon” en Yoruba, la chanteuse traque son rêve sans relâche. En 2007, elle sort son album éponyme sur le label Naïve. Une foi et un talent qui lui permettent de remporter le prix Constantin en 2008. Avec ses 300000 Albums vendus, elle connait un succès public et la considération de pointures telles que Katie Melua, Jean-Louis Aubert ou encore Lenny Kravitz qui l’invitent à chanter en duo sur les plateaux télé. Pour son deuxième album, Beautiful Imperfection, elle conserve ses repères gagnants, même label, équipe presque similaire.

http://www.asa-official.com/

-PATRICE : Du reggae, en passant par la soul, le blues, le jazz ou encore le hip-hop, la musique de Patrice ne reste jamais figée et se joue à merveille de tous ces styles musicaux. Incontournables, les références à Bob Marley, Wyclef Jean ou même Finley Quaye sont pourtant impropres à cerner le phénomène. La musique de Patrice est forcément marquée par le reggae mais ne s’y résume pas.

http://www.patrice.net/fr

-SIMPLE MINDS : C’est en 1985 que la terre entière commence à consommer du Simple Minds à haute dose grâce à ” Don’t You( forget about me)”. La notoriété aidant, ils empruntent alors le chemin des grands groupes porteurs, la taille des salles dans lesquelles ils se produisent grossit à vue d’oeil. Après Real life en 1995, Simple Minds s’éclipse pendant quatre ans. En 1995, le groupe réduit à Kerr et Burchill, tente alors de se racheter une conduite rock en se produisant dans de petite salle et en proposant un album plus sobre, sans synthétiseurs. Après une tournée célébrant ses trentes années d’existence durant laquelle il joue l’intégralité de l’album New Gold, Simple Minds effectue un retouren force largement réussi depuis 2009 avec la sortie de leur album studio “Graffiti Soul”, qui est surement le plus rock’n’roll de leurs albums.

http://www.simpleminds.com/sm/index.php

 

Dimanche 14 Aout :

SKIP THE USE :Un rock puissant, délirant mais néanmoins dansant, c’est la musique des Lillois de Skip The Use. Après avoir donné dans le punk pendant 10 ans au sein du groupe Carving, Matt Bastard( chanteur) rencontre sa formation il ya deux ans. Affublés de l’étiquette punk-rock jusque là, les voilà désormais sous influence disco. Skip The Use trace son sillon et fait parler grâce à des prestations scéniques résolument efficaces. une notoriété fleurissante que compte bien sublimer Polydor en s’associant avec le combo Lillois. C’est courant 2011, qu’ils dévoileront l’étendu de leur talent dans un nouvel album “can’t be late”.

http://www.myspace.com/skiptheuse

-YODELICE : Ecoutez, respirez, inspirez. A l’origine de Yodelice, il y a CARDIOID, l’album des expérimentations de la vie : combattre ses peurs et revenir plus fort, l’urgence étant d’être en vie et de le dire, comme si chaque seconde le lui rappelait à chaque fois. Dans la voix et l’oeil extravagant de Yodelice germe l’ouragan Cardioid.

http://www.myspace.com/yodelice

-FLOGGING MOLLY :  Ce groupe américain prend tout ce qu’il aime dans la musique irlandaise traditionnellepour le mélanger avec un gros son punk. Sur scène, le groupe et le public ne font qu’un, violon, banjo et accordon accrochés aux rythmiques punk. Le groupe signe en 1987 sur le label Side One Dummy chez qui sort le premier album et toutes les productions du groupe jusqu’à aujourd’hui.

http://www.floggingmolly.com/?sp=1

-LILLY WOOD & THE PRICK : Avec eux, les cloisons entre les genres disparaissent comme s’ils traversaient les murs. Naturellement eclectique, le duo vibre autant pour des groupes récents comme The XXou La Roux que pour Barbara ou Gainsbourg.Il s’autorise donc toutes les directions, que ça sonne hip-hop, new wave ou electro, ils rêvaient déjà de peindre chaque morceau comme un tableau aux couleurs uniques. Nul doute qu’en écoutant Invincible Friends, l’album de débutant touchés par la grâce, tout le monde le comprendra.

http://www.myspace.com/lillywoodandtheprick

-THE HIVES : Fondé en 1993, ce quintette, fan des Ramones, de punk anglais, des Stooges, ou encore des Kinks, joue une musique à la fois marquée par un son brut à l’esprit punk/garage et le caractère accrocheur et bon enfant de la pop. Réputés pour leur humour cinglant et leurs costumes blancs et noirs à cravates, ils sont reconnus pour eurs prestatins scéniques débordantes d’énergie. Après 4 années d’attene insoutenable, les Hives reviennent ENFIN avec un nouvel album en septembre 2011 et une série de concerts et festivals cet été. Tenez vous prêt, le compte à rebours a commencé : Tick, tick, tick, tick…..boom!!

http://www.thehivesbroadcastingservice.com/

-MOBY : Fort de 15 titres, tantôt atmosphériques ou déconcertants, magnifiques ou enveloppants, Destroyed est un disque riche en mélodies qui vous rentrent imperceptiblement dans la tête. C’est tard dans la nuit, dans des chambres d’hôtel aux quatre coins de la planète que Moby a écrit les chansons de Destroyed. Telle une bande -son des villes désertes à 2 heures du matin, cet opus évoqe les différentes sensations nocturnes qu’il ressent dans ces moments particuliers, partagé entre l’angoise de l’isolement et le plaisirde se retrouver tranquille tout seul. moby prend des photos depuis aussi lomgtemps qu il fait de la musique. Le titre et le visuel de l album sont en fait le dernier mot d un panneau de sécurité affichant : Unattended Luggage will be destroyed que Moby a saisidans une allée déserte de l’aéroport de la Guardia à NY. Et d’expliquer : “L’un de mes objectifs dans la phtographie est de monterer le côté étrange de certaines choses normales et inversement le côté normal de certaines choses étranges.”

http://www.moby.com/

Remerciements à : Régie-Scène
Copyright Erwan Raphalen pour Live-On-The-Edge
Please follow and like us:

Leave a reply

Your email address will not be published.