Festival L’Armor à Sons – Bobital 2015 – Jour 1

C’est avec une grande excitation que je me rends à Bobital, petite commune des Côtes-D’Armor, qui accueille le festival L’Armor A Sons. C’est la canicule et les festivaliers sont au rendez-vous. C’est un festival qui me tient à cœur, car il véhicule des valeurs d’intégration et d’entraide. Eh oui, c’est le seul festival que je connaisse qui s’associe à des personnes en situation de handicap pour animer le festival.

 

Light In CitiesPour entamer cette première journée, c’est le vainqueur du tremplin, Light In Cities, venu de Loudéac, qui entame les hostilités. Pas facile d’entamer un festival surtout que le gros des festivaliers n’est pas encore arrivé sur le site. Ils nous présentent leur EP « Push me Down » sortie le 10 juin. Avant de monter sur scène, ils font une danse rituelle pour éliminer le stress et se souder. C’est une pop énergique et entrainante qui nous est proposée. Benjamin, chanteur et homme à tout faire, passe d’un instrument à l’autre. Adélaïde, resplendie sur scène et prend de plus en plus de place dans le set. Sa voie est chaude et se marie bien avec le style du groupe. Le public, qui s’est massé devant la scène, passe un bon moment.Scarecrow

 

Après cette belle entame de festival, on passe sur la seconde scène, où se produisent les extra-terrestres de Scarecrow. En effet, pas facile de cataloguer les Toulousains. C’est un Blues hip hop que le groupe distille. Je ne vais pas vous représenter les membres du groupe (relisez cet article, si vous l’avez loupé). C’est la troisième fois que je les vois et je ne m’en lasse pas. La fusion des deux styles est impeccable, ils Shake Shake Gonous plongent dans un voyage à travers le temps et l’espace avec un blues du sud américain et ce flow rap très énergique. Comme à son habitude Jamo swing avec sa basse funky. Le mélange des genres à du bon et là il fait la différence.

 

Place maintenant à un autre genre musical, avec la pop-folk des Franco-Gallois de Shake Shake Go. Quoi de mieux qu’un peu de folk pour s’allonger dans l’herbe et savourer la mélodie de leur titre phare « England Sky » ? La voie de Poppy Jones est magnifique et ensorcèle Bobital. Malgré le thermomètre qui n’arrête pas de grimper, Shake Shake go ne mâche pas ses efforts et nous gratifie d’une folk plutôt énergique qui nous emmène dans un road trip à travers les plaines Galloises. C’est léger, frais et bien fait, un mélange qui présage d’un beau succès à venir.Birth Of Joy

 

Bon, il est temps de muscler un peu la journée et c’est le trio néerlandais de Birth Of Joy qui s’y colle. Et là, faites-leur confiance, ça va déménager. L‘ambiance tranquille de Shake Shake Go prend un grand coup de pied aux fesses. C’est un «retour vers le future » du Rock 70’s. Ce trio ne laisse personnes de marbre et le public prend un uppercut d’entrée de jeu. L’organiste, Gertjan Gutnam, donne toute la fibre à ce groupe qui nous replonge vers les heures glorieuses du rock. Bob Hogenelst, le batteur, frappe les futs tel un bucheron canadien et Kevin Stunnenberg, la voie et le guitariste, nous envoie des riffs à la Led Zeppelin. C’est un live dantesque que nous livre « Birth Of Joy » malgré la chaleur étouffante. Ce sont vraiment des bêtes de scène qui puisent jusqu’au fond d’eux pour donner un grand spectacle.La Famille Chedid

 

Pas facile de prendre le relais, sauf lorsqu’on s’appelle Anna, Louis, Joseph et Matthieu. Vous l’aurez deviné, c’est au tour de la famille Chedid de donner le ton. Là, c’est une autre histoire qui s’écrie et elle est familiale. Quoi de plus sympa que de partie sur les routes de France en famille pour rencontrer son public, mais aussi celui des autres membres de la famille ? C’est Anna, connu sous le nom de Nach, qui monte seule sur scène suivie par Joseph, Matthieu et Louis le patriarche. Comme on pouvez s’en douter, Matthieu Chedid est ovationné. Tour à tour, le registre de chacun des membres est repris avec un beau succès. Les répertoires de M et de Louis étant les plus connus, on assiste à de beaux moments de complicités. Le public reprenant en coeur les morceaux comme “T’as beau pas être beau” ou “Qui de nous deux”. Le public éclectique est au rendez-vous et se masse devant la scène où il ne reste plus un centimètre carré de libre.

 

2Many Dj'sLa suite du festival sera électronique avec la venue sur scène, tour à tour, du duo des frères Stephen et David Dewaele alias « 2Many Dj’s » et de « The The AvenerAvener » valeur montante de l’électro française. Le point commun de ces deux sets est qu’ils mixent sur de vieux tubes. Pour 2Many Dj’s, la scène est minimaliste : un drap noir et des platines. Ils mixent de vieux standard comme « Relax » de « Frankie Goes To Hollywood », « Les Cactus » de « Jacques Dutronc » ou encore « Thunderstruk » de « AC/DC ». L’ambiance monte, mais je n’arrive pas à me laisser transporter. De son côté, «The Avener», donne dans une House raffinée avec un décor pyramidal du plus bel effet. Évidemment, c’est avec « Fade out Lines » qu’il s’est fait connaître, mais le reste du set est une succession de rework de différents artistes qui rencontre un beau succès. Preuve que le jeune homme n’a pas qu’un tube dans ses platines. La sauce prend bien et la première journée finit en beauté.

 

Le site se vide maintenant peu à peu avec cette belle première journée. Pour ma part, un petit coup de cœur pour scarecrow et leur blues hip-hop et grosse claque avec Birth Of Joy et leur rock volcanique.

Toute les photos du festival L’Armor à Sons – Festival Bobital par ici

Photos et texte Guénolé TREHOREL

Remerciements : Festival de BobitalLight In CitiesScarecrowShake Shake GoBirth Of Joy, La Famille Chedid, 2Many Dj’sThe Avener

Copyright Guénolé TREHOREL pour Live!!

Please follow and like us:
0
fb-share-icon0
20
fb-share-icon20

Leave a reply

Your email address will not be published.