Interview : Manu Masko

Rencontre aujourd’hui avec Manu Masko, batteur des Red Cardell. L’artiste se lance dans une carrière solo complètement en marge du groupe, et a bien voulu entre deux voyages à New York répondre à quelques questions..

1- Je t’ai connu avec les Red Cardell, que faisait Manu Masko avant ?

Pour faire court, ma plus grosse expérience fût mon groupe John Doe (pendant 6 ans) que j’ai monté avec 2 américains. Un guitariste de San Francisco et un bassiste de Détroit. Un mélange Blues-funky-groove qui a failli faire un truc sympathique, genre de Jack Johnson avant Jack Johnson. C’est aussi grâce à ce groupe que je me suis mis la tête dans les samples, les grooves  electro il y a plus de 15 ans. Nous nous étions croisés plusieurs fois avec Cardell sur des festivals… c’est ainsi que Jean Pierre et Jean Michel ont pensé à moi quand Yan a décidé d’arrêter.

2- Quelques années ce sont passées maintenant, quels sont tes plus beaux souvenir avec le groupe.. ?

Compliqué de sortir quelques évènements  comme ça. Mais je dirai notre histoire d’amour avec l’Ukraine, un très gros concert à kiev devant 40 000 ukrainiens. Je dirai aussi l’audition de  10 minutes dans un minuscule local avant de se mettre à table et de parler du projet . Il y a plus de 1o ans maintenant. LA découverte de NYC évidemment …. Et puis tant de moments  de vie …

3- 2011, le projet « Don’t Forget My Breakfast » …comment est arrivé cette idée de croissant que      l’ on retrouve sur toutes les photos ? un premier buzz ?

J’ai travaillé dès le début avec un  graphiste :  François Bertin  qui avait fait à l’époque le visuel de Sans Fard, celui du 4 titres sorti en 2011 avec l’affiche qui allait avec. J’avais le nom « DON’T FORGET MY BREAKFAST » en tête … il en a sorti cette histoire de croissant … un french tourist à NYC.

4- Avec une « histoire » de groupe comme est la tienne, comment décide t on de se lancer en solo ?

Ca faisait quelques années que je souhaitais travailler un projet solo. Je me suis dit, à 40 ans tu attaques. Je les ai eu, et j’ai fait.  Cette idée est venue suite à un voyage à NYC. Je me suis dit l’histoire doit partir d’ici…. Je suis tombé amoureux d’Harlem. Ca représente pour moi le côté Cotton Club et les dance
floors des années 30/50. Je me suis lancé dans le travail autour des cuivres et j’ai essayé de trouver un pont entre ces années là et les pistes de danse de ma génération.

5- Et d ailleurs comment composes tu en solo ?

Je fouille en premier des grooves, des rythmes. J’essaie de trouver un son tout de suite. En général, quand le titre est terminé je ne suis pas loin de mon idée de départ. J’ai la chance d’avoir  la capacité à produire et à imaginer comment ça va sonner plus tard.

6- J’ai eu la chance d’écouter une dizaine de morceaux…que de changement !!!.surement plus electro, mais en y retrouvant des sonorités à la Pink Martini…, font ils partis de tes
inspirations ?

Pas du tout. Pour moi c’est plus groove qu’electro qui est un peu une notion « fourre tout » sans finalement rien définir.  Mon idée de départ a surtout aussi été de m’entourer d’un des meilleurs mixeurs de New York en la personne d’Ariel Borujow (Black Eyed Peas, Puff Daddy etc..). Ce gars a des oreilles formidables, de la culture et du goût … 15 ans que je cherchais quelqu’un comme lui.

7- Pour l’instant, on ne le sait pas , mais quelles sont les personnes aux voix ?

J’ai fait quasi toutes les voix masculines  sauf le solo de scat sur un titre. J’ai demandé à des copines qui assurent grave de faire les voix féminines. Je cherchais un truc genre Andrew Sisters. La voix « off » téléphone est Jimmy O’Neill, le chanteur et l’âme des Silencers qui a co-écrit les textes avec moi.

Ecoute d’un titre : DFMB comes out to play

8- Quels sont tes projets avec cet album ?

Il  va sortir à l’automne prochain et très sincèrement on verra … une réponse de gars superstitieux sans doute !

9- Quels sont les projets bien évidemment avec les Red Cardell ?

Nous sortons fin avril « Falling in Love » notre prochain album studiom que avons mixé  …. A NYC par Ariel Borujow…. Le même mixeur que pour mon projet.  6 titres ont été enregistrés avec le Bagad Kemper suite au projet Fest Rock. Je crois que c’est un très très bon album !

10- Est il possible de rejoindre d une manière ou d’une autre les deux projets ( solo et red cardell) ?

Très sincèrement je ne crois pas. DON’T FORGET MY BREAKFAST est vraiment ma récréation. Je n’ai pas demandé aux autres d’y participer sauf Mathieu qui joue avec nous depuis un an car il ne faisait pas partie de Cardell à l’époque.

11- As-tu une idée d’un début de tournée en solo ?

C’est vraiment trop tôt pour en parler mais je l’imagine et j’ai envie de faire quelques dates avec toute l’équipe qui a participé à ce projet… et puis ça ferait du monde sur scène avec tous ces cuivres ! De
quoi se marrer quoi !!!!

Copyright Erwan Raphalen pour Live-On-The-Edge
Please follow and like us:

Leave a reply

Your email address will not be published.